« Si cette AS n’est pas capable de gérer son stress, elle n’a qu’à faire caissière à Casino !»


tract caissière tract à télécharger

Voilà les propos qui ont été tenus par la directrice de projet et directrice déléguée du pôle Femmes/mère/ couple après les témoignages des sages-femmes et lorsqu’une aide-soignante du service des urgences par- lait de ses conditions de travail lors d’une réunion de CHSCT vendredi 8 avril… Comparer des patients, des êtres humains avec des marchandises est intolérable ! Quant à sous-entendre que le métier de caissière n’est pas stressant, on a envie de lui dire d’aller travailler quelques mois à Casino et de nous dire ensuite ce qu’elle en pense ! (et du salaire qui va avec !) Et le pire c’est qu’aucun des membres de la direction pré- sents n’a dit quoi que ce soit concernant ses propos : ni le directeur du site, ni la directrice des soins, ni la cadre supérieure, ni le chef de service ! Rien non plus quand en guise d’explications elle s’est excusée «si ses propos avaient mal été interprétés». Une honte ! Ceci illustre parfaitement le mépris auquel nous sommes confrontés au quotidien en tant que soignants dans cet hôpital. Nous ne valons rien à leurs yeux, nous ne sommes que des pions, et il en est de même pour les patients. Soigner n’est plus leur priorité aujourd’hui, ce qu’ils veulent c’est toujours plus d’économies quitte à mettre en danger la vie de la population !

La santé n’est pas une marchandise,

l’hôpital n’est pas une entreprise !

22 000 suppressions de postes d’ici 2017 voilà ce que projette le gouvernement. Notre direction applique ces consignes en bons élèves : refus de titularisations, mul- tiplication des contrats précaires pour pouvoir jeter les salariés quand bon leur semble, non remplacement de départs à la retraites, des arrêts maladies etc… Et les conséquences c’est nous qui les payons au quotidien : rappels sur nos repos, modification de nos plannings en permanence, impossibilité de poser nos congés, épuisement professionnel et augmentation du risque de faute, mise en danger des patients…

HOSPITALIER-ES, CAISSIER-ES, UNI-ES CONTRE LA GALERE !

TOUTES et TOUS AU CTE !!!

appelée par la CGT, CFDT et SUD DU CHU DE TOULOUSE

VENDREDI 15 AVRIL 2016 – 8h30

Hôtel DIEU

Stop !

Nous devons toutes et tous nous mobiliser pour mettre un terme à ces agissements ! Les membres de la direc- tion qui ont tenu ou cautionné ces propos doivent par- tir ! Comment peuvent-ils prétendre diriger cet hôpital alors qu’ils sont incapables de considérer le personnel qui y travaille ? Et comment des gens qui n’ont pas mieux à faire qu’aller fouiller dans les documents des élus du personnel en parlant de prendre des photos, tout ça en rigolant… (Oui, les sessions de CHSCT sont enregistrées…) alors que ces mêmes élus sont juste- ment en train de discuter à l’extérieur de la salle de la réunion avec les agents choqués par les propos tenus par la directrice de projet ? C’est lamentable.

Mobilisons-nous !

Les personnels de Paule de Viguier entrent en mobilisa- tion face à ces insultes et face à un projet de restructu- ration qui encore une fois prévoit des moyens large- ment insuffisants et met en danger les patientes et le personnel ! Ce projet de restructuration n’est pas isolé : depuis plusieurs semaines les agents de gériatrie sont également mobilisés, les agents de la crèche le sont également face aux attaques qu’elles subissent sur leurs retraites et face aux annonces de privatisation.

Nous sommes tous concerné-e-s ! Soyons à leur côté…

delicious | digg | reddit | facebook | technorati | stumbleupon | savetheurl

Commentaires

  1. Frère jacques

    La Santé ne représente que des postes de dépenses somptuaires(Ou assimilées…) pour le pouvoir d’hier comme d’aujourd’hui. On s’est servi largement de la morale chrétienne hier pour justifier l’aide aux malades et autres « incapables » majeurs ou mineurs(« Dieu y reconnaîtra les siens…) Bref, la politique utilitariste des 30 glorieuses s’est avant tout servi allègrement en son temps, de l’asservissement moral et culturel de toute une génération qui croyait encore à « L’état providence ». Bien entendu, aujourd’hui on se rend bien compte que cela n’était qu’une farce qui permit surtout d’ enrichir ceux et celles qui avaient repris les commandes du pouvoir régalien sans les avoir vraiment abandonnées. C’est une très vieille histoire qui continue de sévir au nom cette fois-ci de la compétition économique, mais qui préfère arborer le doux nom de méritocratie quand il s’agit dans faire l’éloge républicain. Tant que nous porterons aux nues la croissance par l’entre-mise d’une élite providentielle et ses élues de tous bords, nous nous écraserons lamentablement tel le Sisyphe de la mythologie, sous le poids de notre servitude… Mais que faire… Au jour d’aujourd’hui, il est évident qu’il ne sert à rien de conspuer de nos maux(Et de mots bien sur…), telle ou telle organisation, qu’elle soit politique, technocratique, ou syndicale; car que vous le vouliez ou non: C’est la même chose!!! Le front populaire en son temps à échouer à son insu( A sa décharge, il va de soi…), à cause de ses fausse croyances, en quelque sorte issues de l’ errance mal comprise d’un XXième siècle finissant, et son cortège en toc(et en stock…) de rêves prolétariens… Car au final, il plus qu’aisé de se rendre compte que c’est toujours les mêmes qui se régalent: Les plus forts, soit tout autant que les bien nés, les moins cabossés….
    Quant à la lutte syndicale du moment qui nous occupe, enfin qui vous occupe surtout, car je ne suis pas fonctionnaire, et du reste comme vous le savez déjà sans doute, elle demeure minoritaire(Et sans doute pour longtemps…): – En effet, il n’y a que 7 à 8% de syndiqués en France d’après l’OCDE( Seule l’Estonie figurerait à un seuil encore plus bas en Europe…)
    La dérégulation du marché opérée largement dans la années 80, et perpétrée dans les années 90 a largement contribuè à rendre en toute légalité insécure les conditions d’existence de l’employé moyen voué aux fourches caudines des aspérités de la loi du marché de l’économie triomphante; cette dernière étant plus plus que jamais rompue à la flexibilités et aux ordonnances pour le coup de plus en plus inflexibles, et en accord avec la signature des derniers traités européens( Tu m’as compris…)
    Comme par exemple celle imposés déjà dans les années 90 sous l’égide des ARS(Ex ARH…)
    Et bla bla bla…
    Face à une telle machine aussi bien rodée, je ne vois que malheureusement sur le terrain et comme vous le savez et le vivez logiquement déjà, que des oppositions de façade. L’américanisation du monde(Ou « l’occidentalisation marchande »…), est en marche depuis belle lurette et n’est pas prêt de s’arrêter. Vous aurez beau dire ou beau faire, son pouvoir de coercition pratique autant que psychologique et tel, que je ne vois guère quel intrus pourrait arrêter un tel monstre idéologisé depuis Thatcher par son fameux en français:-« Il n’y a pas d’autres choix!… »
    Aussi, n’y a t-il pas d’autres choix que de vous dire qu’il est urgent de ne rien faire face à une telle vision dogmatique qui écarte toute vision un temps soit peu humaniste, ou feint de le faire croire en quelque occasion par trop dramatique… Il est urgent de rien faire, en tout cas pas dans la violence, car ce dogme là est de toute façon une folie qui finira tôt ou tard très mal; même si je ne n’aime pas jouer les Cassandre(On est tous et toutes de toute façon plus au moins inaudibles sur certains sujets dits sensibles…) Que voulez-vous, quand on a pas d’autres choix que l’archaïsme des luttes frontales, ou de ressortir les glaçants « Comités de Salut Publiques » (« En culottes courtes ou sans…’), vaut mieux aller se recoucher, ou pleurer tristement sur les espoirs déçues de cette « Belle endormie » fut-elle taxée de républicaines, mais qu’on assure qu’elle est surtout pas nationaliste(Tu parles!…)
    Et comme diraient nos anciens, au risque de passer pour un ringard de première, mais bon c’est un fait(Je prend de la bouteille, vers 50 ans…): « Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait… »( » Merde alors! je radote déjà… « )
    Désolé pour ce long commentaire. Et merci si vous l’acceptez quand même.
    Un aide soignant plus que désabusé…

  2. Jean, Christine

    Je connais bien ça…je viens d’être  » mise en disponibilité d’office pour maladie »..j’étais adjoint administratif à l’hopital des enfants…pour moi c’est fini, je n’ai pourtant que 50 ans !toutes les personnes malades avec des pathologie lourdes sont gentiment poussés vers la sortie…pour ce qui me concerne le médecin expert a tout fait pour éssayer de me persuader que j’allais rechuter si je me trouvais dans la même situation passée…je dis bien que tout est fait pour mettre de côté de façon définitive ces agents!!!! je pense à toutes ces personnes qui se trouvent dans ces situations que j’ai bien connus…..

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *