Mardi 6 mars : Visite de député.e.s au CHU de Toulouse. La radicalisation de la direction du CHU de Toulouse inquiète nationalement !


#MobileTonHosto

Depuis des mois, des agents du CHU de Toulouse tirent la sonnette d’alarme et se mobilisent contre les conséquences de l’austérité, sur leurs carrières, leurs droits, leurs conditions de travail et les conditions de soins.

Les transporteurs de sang (801), en grève depuis plus de 4 mois ont montré la voie aux services les plus touchés par les restrictions. Les pôles psychiatrie et I3LM (traumatologie, infectiologie) se sont joints au mouvement et se sont beaucoup mobilisés ensemble pour des revendications simples : embauches, possibilité de prendre les repos selon la loi et l’accord local RTT, mise en place de pools de remplacement des absences… Les brancardiers tiennent ce jour une assemblée générale pour rejoindre le mouvement.

La direction du CHU de Toulouse n’a rien voulu céder aux grévistes, organisant un bras de fer déloyal notamment depuis la révélation de la CGT et de SUD de la non publication de la nomination de la directrice générale par intérim. Décision toujours non publiée dans les actes administratifs de la préfecture de la haute garonne.

Nous parlons de “bras de fer déloyal” car la direction a organisé la persécution des grévistes, nous comptons aujourd’hui, 25 courriers de menaces de sanctions dans le cadre de la grève, 7 procédures disciplinaires d’agents grévistes, 3 grévistes CDD ayant reçu une notification de fin de contrat (tous ont plus de 2 ans d’ancienneté et attendaient une stagiairisation) dont Sylvie, une gréviste du 801, par ailleurs membre CGT du CHSCT et candidate aux élections professionnelles du 6 décembre 2018… La direction du CHU tente d’éliminer toute contestation. Nous ne les laisserons pas faire.

Au delà d’une forme d’orgueil mal placé, nous ne comprenons pas cette radicalisation de la direction car plus de moyens, des meilleures carrières, des embauches et des marges de manoeuvres pour améliorer la qualité des soins sont des revendications qui devraient intéresser les administrateurs du CHU de Toulouse.

De nombreux secteurs sont inquiets de l’attitude de la direction du CHU de Toulouse et deux député.e.s vont visiter le CHU de Toulouse mardi 6 mars, l’une d’elle est Caroline Fiat Députée, aide-soignante de profession. Nous invitons à deux rendez-vous publics :

Mardi 6 mars :
12h30 : Rencontre avec Caroline Fiat lors d’un pique-nique de la colère à côté de l’arrêt de tram de Purpan.
14h : Rassemblement contre l’arbitraire au CHU de Toulouse à l’Hôtel Dieu à l’occasion de la convocation à un entretien pour procédure disciplinaire de David, gréviste du 801, en présence d’élu.e.s.

Informations complémentaires :

Le mardi 6 mars une délégation de grévistes du 801 est invitée au conseil national fédéral de la CGT santé à Montreuil, la fédération santé va intervenir au ministère concernant leur lutte.
Le 8 mars nous participerons à la manifestation pour le droit des femmes à 12h à Arnaud Bernard.
Le mardi 13 mars aura lieu à Toulouse une réunion des hôpitaux en luttes, plus d’une vingtaine d’établissements et la coordination des Maternités et Hôpitaux de proximité en danger seront représentés pour échanger sur les stratégies locales et nationales pour créer un grand mouvement dans la Santé.
Le 15 mars, nous serons en soutien des salarié.e.s des EHPAD en lutte. 14h Métro Jean Jaurès.
Le 16 mars “Pour des embauches et le respect de nos droits au CHU de Toulouse” RDV 9h à l’Hôtel Dieu.
Le 22 mars en grève et manifestation de défense des droits et du service public 14h30 Arnaud Bernard.

Nous invitons la population toulousaine à ces actions car nous savons que tout le monde a bien conscience du sous-effectifs et de ses conséquences sur la qualité des soins au CHU de Toulouse.

Toulouse, le 5 mars 2018

delicious | digg | reddit | facebook | technorati | stumbleupon | savetheurl

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *