Affiche AG PPR 31
Loi Travail : un nouvel élan avec plus de salarié-es, jeunes, privé-es d’emploi, retraités dans l’action
La mobilisation contre le projet de loi travail s’amplifie et s’enracine durablement pour le retrait du projet de loi et l’obtention de nouveaux droits.

La détermination des salarié-es, jeunes, privé-es d’emploi et retraité-es est sans faille, comme le démontrent le nombre de manifestants ce jour et le nombre d’initiatives dans les entreprises, les sites industriels, les zones commerciales.

La violence des propos tenus par le gouvernement, le mépris à l’égard du mouvement social et son entêtement à ne pas retirer le projet de loi renforce cette détermination.
Les organisations réaffirment les termes de leur courrier commun envoyé le 20 mai au Président Hollande dans lequel elles demandaient à être reçues. Alors que celui-ci dit faire du dialogue social sa méthode de gouvernement, les organisations attendent toujours la réponse à leur courrier.

La mobilisation des salarié-es, jeunes et privé-es d’emploi est aujourd’hui majoritaire, l’opinion publique reste massivement défavorable au texte de loi et l’unité des organisations syndicales engagées, représentant du front large et résolu, reste intacte.
Des milliers de nouveaux salarié-es d’entreprises des plus petites au plus grandes, de tous secteurs professionnels sont entrés dans la mobilisation. De nombreux secteurs professionnels restent engagés, souvent dans un mouvement de grève reconductible, comme dans les raffineries, les centrales nucléaires, les ports, les cheminots, la RATP, les transports, etc.

Les organisations appellent à poursuivre et amplifier les mobilisations :
– En multipliant et en soutenant les actions décidées par les salarié-es en assemblées générales, y compris reconductibles, dès ce soir.
– En travaillant à des temps forts de convergence de luttes interprofessionnelles par la grève et les manifestations dans les prochains jours, sur tout le territoire et dans les professions.
Chaque jour doit être un nouvel élan dans la mobilisation.
– En déployant dès le début de la semaine prochaine la votation citoyenne décidée en intersyndicale dans les entreprises, les administrations et les lieux d’études.
Cette votation sera remise au président de la République lors d’un nouveau temps fort dans la deuxième quinzaine de juin.
– En créant les conditions de la réussite d’une puissante manifestation nationale le 14 juin à Paris,
Elles se retrouveront de nouveau pour assurer l’organisation et la réussite des mobilisations et initiatives.
Montreuil, le 26 mai 2016

Mr le directeur général,

La communauté hospitalière a été profondément choquée par les propos d’une directrice entendus en CHSCT Purpan Est, propos dénigrant la souffrance au travail et proposant de devenir “caissière à Casino” à un agent exprimant sa souffrance qui ne saurait pas gérer son stress. A ce même CHSCT, des membres de la direction du CHU de Toulouse ont fouillé les affaires des élus CHSCT pendant une suspension de séance (enregistrement à l’appui). Vous avez maintenant le procès verbal de cette réunion basée sur l’enregistrement de la séance, vous êtes donc dans l’obligation de vous positionner.

L’intersyndicale CGT-CFDT-FO-SUD demande depuis le 8 avril des sanctions contre les auteurs de ces propos et actes et la satisfaction des revendications (en effectifs supplémentaires notamment) des services mobilisés en ce moment (PDV, Gériatrie, Crèches, …)

Or, les revendications n’ont pas été satisfaites et les membres de la direction en défaut siègent toujours en CHSCT ou pilote des projets de restructuration.

Ceci est inadmissible et démontre que le mépris exprimé par ces évènements est malheureusement partagé par toute la direction du CHU que vous représentez.

En l’absence de réponse satisfaisante de votre part, nous continuerons à ne pas siéger
aux instances ordinaireset à mobiliser
les hospitaliers contre le mépris et le sous-effectif au CHU de Toulouse. Notamment,
le 19 mai de 12h30 à 15h30 pour un nouveau débrayage avec rassemblement au niveau du tram Purpan.

Cordialement,

l’intersyndicale
CGT-CFDT-FO-SUD

Voici l’article de la dépêche du midi… Nous étions 300 en tout, en réalité.

Hôpitaux : les agents débrayent et bloquent le tram Purpan

A Purpan, les manifestants bloquent les trams quelques minutes à l'arrêt, juste le temps de la distribution des tracts.

Ils étaient une soixantaine à Rangueil et près de 80 à Purpan à avoir répondu à l’appel des syndicats CGT, CFDT, FO et SUD, pour un débrayage général des agents des deux centres hospitaliers. Dans le hall de Rangueil, comme à l’arrêt du tram de Purpan, les personnels grévistes avaient pris position pour marquer leur mécontentement. Sur le site de Purpan, sans bloquer complètement le tramway, des équipes procédaient à l’intérieur des rames à une distribution de tracs en expliquant leur action et les raisons d’un arrêt qui pouvait paraître intempestif, le tout dans la bonne humeur. A l’origine de cette manifestation, la direction et les cadres supérieurs auraient tenu des propos scandaleux au cours d’une réunion le 8 avril à l’hôpital Paule de Viguier (Maternité de Purpan). Selon les témoignages de sages-femmes et d’une aide soignante expliquant son désarroi de voir le manque de moyens qui met en danger les patientes aux urgences de la maternité, il aurait été dit la phrase suivante : «Si cette aide-soignante ne sait pas gérer son stress, elle n’a qu’à faire caissière à Casino.» Les syndicats se disent profondément choqués et révoltés par ces propos. «C’est faire preuve de mépris et de méconnaissance pour les métiers de soins, précisent-ils, alors que les services sont en sous-effectifs. Au bout d’une heure et à l’issue d’une courte assemblée générale, les manifestants décidaient de reconduire ultérieurement leur action. Contactée, la direction du CHU n’a pas souhaité s’exprimer sur le sujet hier soir.