La CGT du CHU de Toulouse soutient l’association Droit Au Logement dans leur occupation depuis plusieurs jours du bâtiment hospitalier Junod vide depuis la restructuration de la gériatrie du CHU.

Ce bâtiment héberge donc maintenant des réfugiés sans ressources, ni domiciles, organisés par le DAL. La CGT a demandé au directeur général de rétablir l’eau courante et potable pour garantir la santé des occupants. Nous encourageons tout le monde à venir leur rendre visite (avenue de casselardit à côté de l’hôpital Purpan tram casselardit) et à apporter de l’eau potable en quantité.

Ce bâtiment a été déménagé dans le cadre d‘une restructuration supprimant du personnel de gériatrie auprès des malades dans une logique de rentabilité. Par l’action du DAL, ce bâtiment vide retrouve une utilité sociale avant la mise en place d’un projet futur d’accueil de réfugiés avec la Croix Rouge. Pour cette raison, nous demandons que les occupants ne soient pas expulsés, nous demandons l’octroi de plus de surface habitable et de confort dans ce bâtiment pour les occupants ainsi que la satisfaction de leur demande de logements pérennes auprès de l’administration.
La CGT du CHU de Toulouse.

Le CHSCT central du CHU de Toulouse a alerté depuis des années sur les restructurations hospitalières et leurs dangers et notamment au CHU. Voici deux documents qui sont des résolutions votées majoritairement par les élus des organisations syndicales au CHSCT Central.

Nous avons énormément de cas de burn-out individuels ou même collectifs (d’équipe) depuis la loi Bachelot et maintenant la loi Santé (GHT) et malheureusement le suicide de notre collègue de Rangueil (agent avec restrictions médicales) est non déconnectable de ce contexte.

C’est pour cette raison que la CGT du CHU de Toulouse demande un moratoire, c’est à dire la fin de toutes les restructurations au CHU qui engendre des gains de productivité, notamment les suppressions de postes et fin de CDD…

Voici deux résolutions, une sur les risques psychosociaux en général et une sur les la violence institutionelle envers les agents avec restrictions médicales… Edifiant.

tract-20-juin tract-20-juin

Nous avons appris le suicide d’un de nos collègues à Rangueil sur son poste de travail. Nous avons été tous choqués par la violence de cet acte et nous avons une pensée pour sa famille, ses proches et ses collègues. La délégation de nos syndicats au CHSCT a débuté une enquête concernant les circonstances professionnelles de ce geste qui par le fait d’être sur le lieu de travail interroge tout le fonctionnement actuel du CHU.

Un suicide au travail, qu’est ce que ça veut dire ?
Il faut savoir que le phénomène des suicides au travail est très récent, Christophe Dejours, un psychiatre reconnu y a consacré un livre ou il indique : « à partir des années 1980, le privilège accordé à la gestion au détriment du travail s’est traduit par un ensemble de logiques d’action : les centres de profit, la gestion par objectifs, la mise à l’écart des gens de métier, la primauté de l’organisation, la flexibilité et la sous-traitance… La production de valeur est recherchée dans la rentabilité et dans l’organisation du travail plutôt que dans le travail lui-même, les résultats priment sur les moyens. Cette évolution a eu pour effet de disqualifier les métiers, avec des conséquences «dramatiques» sur la santé mentale des salariés et sur le climat social de l’entreprise. En deuxième lieu, l’introduction de l’évaluation individualisée des performances, censée rendre compte de façon objective de la production de travail, s’est révélée contre-productive. » Tout est là chez nous.
Stopper les restructurations !
Nous avons demandé au Directeur Général à l’issue de l’enquête et devant la CME de STOPPER par un moratoire toutes restructurations au CHU de Toulouse et notamment le Groupement Hospitalier de Territoire et le Plan AVENIR. Car il serait indécent de continuer cette casse de l’Hôpital comme si de rien était. Beaucoup de nos collègues sont en souffrance, burn-out, maladie, dépression réactionnelle en lien avec le travail et parfois avec les petites phrases dont certains ont la spécialité (caissière à casino par exemple.)… La direction s’entête en disant qu’il n’y aura aucune création de poste! Ils font même pire en en supprimant des centaines! Il faut arrêter tout de suite ces discours et pratiques anxiogènes alors que la population toulousaine augmente de 20.000 personnes chaque année. Le privé dit merci !!!
Les services où il y a le feu…
Globalement, tous les services sont déstabilisés par les fins de contrats CDD, le sous effectif et la pression à l’activité… Mais certains sont en mobilisation comme la maternité, la crèche, la logistique, le bio-médical, et l’Hôpital des Enfants ou la direction supprime 16 ETP et réintégre les agents du pool dans les services. D’autres sont touchés. Tout ceci génère d’énormes risques pour nos patients qui n’ont pas à payer la politique du gouvernement.

Mobilisons-nous CONTRE LES VRAIS CASSEURS DE L’HÔPITAL !

tract14juinCFDT et FO du CHU : «On lâche Tout !»
tract14juinCFDT et FO du CHU ont décidé de lâcher l’intersyndicale locale sans rien obtenir concernant les sanctions des directeurs auteurs de propos et d’actes injurieux et concernant le sous effectif des services mobilisés du CHU… On se demande réellement à quoi sert ce type de syndicalisme. N’épiloguons pas là-dessus, les agents du CHU se souviendront de cet épisode, et surtout ne voyons pas cela comme un affaiblissement car CGT et Sud représentent plus de 60% de représentativité au CHU. Nous continuons de siéger aux CAP et aux CHSCT extraordinaires pour défendre individuellement et collectivement les agents. Mais en ne siégeant pas aux instances ordinaires nous pouvons faire en sorte qu’elles ne se tiennent pas pour obtenir satisfaction et stopper les coups bas du directeur et notamment le plan d’austérité « AVENIR »… qui est à l’ordre du jour du CTE du 22 juin…
Plan AVENIR ? Un nouveau plan d’austérité
Après le « plan performance anti-crise » mis en place pour ouvrir les grands bâtiments et restructurer les services pour augmenter la productivité (700 ETP en moins). Voici le plan AVENIR qui approfondit la marchandisation du CHU : Changement d’horaires (en plus flexibles); plan de licenciement de CDD, privatisations des services supports, construction d’un groupement hospitalier de Territoire avec St Gaudens, Luchon, Lavaur, Marchant et sûrement plus… avec possibilité de mobilité du personnel et fin de la consultation des représentants des agents sur les projets.
Concrètement : augmentation de l’activité et baisse de la masse salariale…
Tous les horaires vont être revus (menace sur les RTT, les temps de pauses, les jours d’autorisation d’absence, ex: enfants malades) des postes supprimés : fins massives de contrats CDD (même les 21…), non renouvellement de départs à la retraite, privatisations du brancardage et bionettoyage (d’où la fin des AS en Bloc pour mettre des ASH puis privatiser) et projets de privatisation en cours (Logistique, blanchisserie, Sté, et peut être labos, radios…). Les marges de manœuvres supprimées notamment les mensualités d’été, les heures sups, les pools de remplacement (à HE par exemple). Nous rappelons que le rappel sur repos est illégal et appelons à ne pas revenir sur repos pour éviter de faciliter la suppression des postes notamment des pools…
DONC, OUI, ON CONTINUE !!!

De nombreux salarié.e.s se lancent dans une grève reconductible afin d’obtenir le retrait de la loi Travail. La quasi totalité des raffineries, dans les transports, plusieurs entreprises passent une étape déterminante pour obliger le gouvernement à entendre le message d’une très grande majorité de Français : retirez la loi Travail !

Ils se battent pour nos droits et pour l’avenir de nos enfants ! Soyons solidaires et apportons notre solidarité financière.

MONTANT DE LA CAISSE DE GRÈVE AU 9 JUIN 2016 :
260 469 EUROS

 

 Faire un don en ligne :

https://www.lepotcommun.fr/pot/x9a9rzjr

Faire un don par chèque ou en liquide :

Remplir et renvoyer le bulletin ci-dessous

 

 


Les donateurs

Voir onglet « participants » sur LePotCommun.fr

 


Affiche


Flyer à distribuer

tract hôpital debout

tract hôpital deboutParce que l’austérité détruit l’Hôpital Public, ses missions, ses valeurs.

Parce que le sous effectif, met nos patient-es en danger

Parce que la direction applique cyniquement des ordres injustes et dangereux. Par manque d’administratif les démarches pour nos droits sont ralenties voire abandonnées.

Parce que nous ne supportons plus le mépris de la hiérarchie pour nous et notre travail.

Parce qu’on a été choqué-e par la phrase «si cet agent ne sait pas gérer son stress elle n’a qu’à faire caissière à Casino» prononcée par la direction en instance CHSCT le 8 avril 2016

Parce que les camions pourris utilisés pas le CHU mettent en danger les conducteurs et la population.

Parce que le nouveau marché au rabais des matelas anti-escarre rend plus difficile le transfert des malades et nous casse le dos.

Parce que si la Loi El Khomri passe ses dispositions seront transposées dans le Public très rapidement.

Parce que malgré les alertes des syndicats, la santé au travail est méprisée par la direction.

Parce que le Rapport Laurent demandé par le gouvernement veut supprimer dans la fonction publique hospitalière les 32h30 de nuit, les 3 jours de Congés de fractionnement, les jours enfants malades et autres autorisations d’absence, et entre 10 et 15 jours de RTT.

Parce que la Loi Santé impose les Groupements Hospitalier de Territoire qui feront passer la France de 1200 établissements publics de santé à une centaine !!! Et obligera à la mobilité certains d’entre-nous.

Parce que 50 milliards d’euros d’exonération de cotisations sociale ont été accordées au patronat, alors qu’avec cette somme on pourrait embaucher 700 000 fonctionnaires !!! Notons que la lutte contre l’évasion fiscale peut rapporter 80 milliards d’euros, de l’argent il y en a et pas qu’au Panama !

photo champi1 photo champi 2 « A l’intention de la direction du CHU : on vous le répète, les réunions sont enregistrées … Et par ailleurs, les champignons dans les camions, c’est normal ? »

Suite aux articles parus ce jour dans la dépêche concernant l’état catastrophique des camions du CHU de Toulouse, la direction du CHU nous fait encore l’honneur d’une brillante prestation. En effet on peut lire la chose suivante dans leur communication à la dépêche : « La Direction du CHU Toulouse rappelle que le CHSCT s’est réuni le 18 mai dernier. Lors de cette rencontre aucun des partenaires sociaux, dont la CGT présente, n’a fait état d’un incident survenu au bloc opératoire pédiatrique avec une poche de matériel stérile percée. «En aucun cas la prise en charge de cet enfant n’a été évoquée en CHSCT et aujourd’hui la CGT affirme dans un communiqué qu’il s’agit de l’élément déclencheur qui la conduit à enquêter sur l’état du parc des camions du CHU Toulouse», s’étonne la Direction. »

On aurait pu penser qu’après l’épisode de « si cette aide-soignante ne sait pas gérer son stress, elle n’a qu’à partir faire caissière à casino », propos tenus par une directrice en réunion de CHSCT le 29 avril dernier, la direction aurait fait attention au niveau des propos affirmés dans sa communication, mais non ! Il semblerait qu’il soit nécessaire de leur rappeler à nouveau que les réunions de CHSCT et les réunions d’enquête suite aux procédures de danger grave et imminent sont… enregistrées !

Et concernant les mesures prises par la direction, nous pouvons affirmer suite à une nouvelle visite effectuée ce matin que les pneus lisses sont toujours d’actualité sur de nombreux véhicules, ainsi que les rails arrachés, phares cassés etc… Nous avons même pu constater un nouvel élément qui témoigne de l’attention portée à l’hygiène des véhicules, qui rappelons le, transportent tout de même des instruments chirurgicaux… Nous avons en effet découvert des énormes champignons dans un des camions ! Voir les photos en pièce jointe

Cette situation est intolérable et est à l’image de la dégradation générale de l’hôpital aujourd’hui.

Nous appelons d’ores et déjà les agents et la population à se rassembler le jeudi 9 juin à 17H30 devant l’Hôtel Dieu afin d’exiger ensemble : la fin du mépris et du sous-effectif, l’embauche de personnel à la hauteur des besoins, du matériel répondant aux normes d’hygiène et de sécurité, la possibilité pour toutes et tous d’accéder à des soins de qualité !