TROP C’EST TROP !!!!

ENSEMBLE REFUSONS

L’AUSTERITE !

 

Encore une fois, le 1er avril, seuls les plus riches vont se réjouir !

En 2014, le gouvernement nous a privé de nos revalorisations de pensions effectives chaque 1er janvier jusqu’en 2010, ensuite elles ont été retardées au 1er avril jusqu’en 2013 et reportées au 1er octobre à compter de 2015… peut-être !

De fait cette stratégie s’est soldée par un blocage général des pensions et donc une perte sèche de pouvoir d’achat.

En 2015, le gouvernement entend  poursuivre la même politique.

Le projet de budget 2015 prévoit 50 milliards d’euros d’économies d’ici à 2017 dont :

  • 7 milliards d’économie sur les services de l’Etat
  • 6 milliards de ponction sur le système de protection sociale
  • 7 milliards d’économies sur les collectivités territoriales

Dans le même temps le gouvernement avec son pacte de responsabilité offre 40 milliards d’euros aux entreprises sans aucune contrepartie.

On voit par là que de l’argent, il y en aurait pour les retraites, il y en aurait pour satisfaire les revendications des retraités en matière de logement, d’accès aux soins de qualité, de culture, de sport et de loisirs.

Et n’oublions pas que la fraude aux cotisations sociales de la part des entreprises atteint  25 milliards d’euros et que les actionnaires du CAC 40 ont vu leurs dividendes augmenter de 30% en un an, soit plus de 40 milliards d’euros.

 

Ajoutons-y les centaines de milliards de la fraude fiscale organisée avec l’appui des banques.

 

Moins de salaire, moins de retraite, moins de sécu, plus de profits !

C’est la double peine pour les salariés actifs et retraités !!!!

En 2015, en France 5ème puissance mondiale, la richesse de10% de la population égale celle des 90% restants.

 Et l’on ose nous dire qu’il n’y pas d’argent pour les salaires, pas d’argent pour la sécu, pas d’argent pour les retraites !

Ça c’est la crise ! leur crise !

Ce qui fait défaut c’est :

  • 1/ un gouvernement qui prenne ses responsabilités et qui ait la volonté et le courage de mettre en place une véritable politique de gauche qui réponde concrètement aux besoins de la population.
  • 2/ des salariés actifs et retraités organisés et suffisamment mobilisés pour créer un réel rapport de force capable d’imposer d’autres choix.

 

Pour exiger :

  • Le rattrapage immédiat des sommes spoliées depuis les mesures Veil/Balladur de 1993 sur les retraites
  • Le retour à la revalorisation des pensions au 1er janvier de chaque année avec rattrapage des sommes dues
  • L’indexation de l’évolution des retraites sur le salaire moyen
  • Une pension minimale pour une carrière complète équivalente au SMIC porté à 1700€
  • Des mesures législatives pour plus de justice sociale et une juste répartition des richesses produites par le travail
  • Une loi sur l’autonomie financée par la Sécurité Sociale et non par l’impôt, la CSG et la CASA ou une nouvelle taxe

RETRAITE(E)S TOUS(TES) A

LA MANIFESTATION A TOULOUSE

MARDI 17 MARS

A 10H METRO JEAN-JAURES

Ensemble nous irons jusqu’au bout et ensemble nous gagnerons.

Rejoignez nous !

 

Je me syndique à la CGT                  □

Je prends contact avec la CGT        □

Nom :………………………………………………….Prénom :…………………………………….…

 

Adresse :………………………………………………………………………………………….………

 

N° tel : …………………………………………………………………

MEL : ………………………………………………………….

 

Et pour 15,30€ par an je m’abonne à Vie nouvelle     □

A retourner à un militant de votre connaissance

ou à la CGT-Retraités – 19,Place Saint-Sernin CS 47094, 31070  TOULOUSE Cedex 7

Toulouse le 17 février 2015

Le Planning Familial 31 (PF31) existe depuis 1974 à Toulouse. Il est une des émergences des luttes menées pour l’accès à la contraception et à l’avortement. Défendre ces droits est une des conditions primordiales pour l’égalité femmes-hommes. Le fait que le Planning Familial se soit inscrit dans cette histoire des luttes en fait un lieu emblématique à Toulouse et ailleurs.

Aujourd’hui, nous avons toujours besoin de lieux pour accueillir gratuitement des femmes, parler de violences, s’assurer l’accès à une IVG, choisir une contraception, poser des questions qu’on oserait pas poser ailleurs, accéder gratuitement à des préservatifs, déconstruire des normes sexuelles, faire un test de grossesse, parler d’un viol, parler des sexualités, parler de son couple, être accompagnée pour un avortement après 12 semaines de grossesse, être écoutéE sans jugement, …
Parce que nous manquons déjà d’endroits pour tout cela, le Planning Familial 31 reste un lieu ressource essentiel pour ne pas laisser des personnes dans l’isolement et sans solution.

Parce que l’avortement, la contraception, la santé des femmes ne peuvent être effectifs et défendus par de simples déclarations et des mesures d’affichage. Nous avons besoin, chaque jour, d’outils concrets, de temps et de personnes pour défendre l’égalité femmes-hommes, lutter contre les violences, accéder à nos droits. Le Planning Familial 31 est un de ces outils.

Pourtant, Le Planning Familial 31 est menacé de fermeture définitive en mars 2015.
Ici comme ailleurs, les difficultés qui semblent ponctuelles révèlent un déficit structurel de moyen et de soutien. En Haute-Garonne, avec seulement 3 salariées et des bénévoles, pour un territoire de plus d’un million d’habitantEs, le Planning Familial 31, comme beaucoup d’autres associations, a besoin de subventions de fonctionnement, de financements pérennes pour sortir de la survie au jour le jour. Depuis novembre 2014, l’association interpelle ses financeurs pour leur faire part de ses difficultés financières et de sa grande précarité. Sans solution ni engagement depuis lors, nous nous mobilisons aujourd’hui pour empêcher sa fermeture.

L’urgence de la situation rend le soutien de ses financeurs primordial et
nous amène à exiger l’organisation d’une table ronde dans les prochains
jours afin de trouver les moyens nécessaires au maintien du PF 31.

Pour en savoir plus, se mobiliser, échanger :

un rassemblement est organisé le vendredi 13 février à 16h,
Métro Jean Jaurès (Allées F. Roosevelt) à Toulouse

 

Les organisations signataires soutiennent la démarche du PF31 et appellent à la
mobilisation organisée : Act Up 31, Alternative Libertaire 31, APIAF, APRISS, ATTAC 31,CGT-UD 31, La Case de Santé, Du côté des femmes, Ensemble 31, Europe Ecologie les Verts (groupe local) Faire Face, Femmes de papier, FSU 31, Grisélidis, LDH Toulouse, NPA 31, OCML Voie Prolétarienne Toulouse, Riposte Radicale, SAS, SAVIF/PEA, Solidaires 31, Solidaires Etudiant-e-s Toulouse, STRASS, Sud Santé Sociaux 31, Toulouse Vert Demain, UNEF Toulouse, Université Populaire Toulouse.

GReve villa Ancely GReve villa Ancely

RASSEMBLEMENT DEVANT L’ARS – Chemin du raisin

VENDREDI 6 FEVRIER 2015 – 10H

Nous, agents de la Villa Ancely (centre d’hospitalisation de pédo-psychiatrie dépendant du CHU de Toulouse) avons débuté un mouvement de grève illimité le 2 février 2015.

Le Service de PédoPsychiatrie de l’Enfant et de l’Adolescent est opérationnel au sein des Hôpitaux de Toulouse depuis les années 1970 et en place à la Villa Ancely depuis 1996. Il accueille traditionnellement 11 lits temps plein.

Les raisons, pour lesquelles nous effectuons cette démarche, relèvent à la fois de l’inquiétude et de la souffrance. La souffrance de l’équipe de la Villa Ancely repose sur le fait qu’elle n’est plus en mesure aujourd’hui d’assurer sa mission dans des conditions suffisantes et nécessaires. La souffrance est aussi le résultat d’une charge de travail en constante augmentation mais avec un sous-effectif chronique. Ce sous-effectif chronique demande, à l’équipe, un effort d’adaptation permanent aux besoins de ses patients et du Service. Cette adaptation, constante, n’est pas sans conséquence sur la qualité du travail et sur l’impact qu’elle génère sur l’équilibre psychique et sur la vie privée de ces personnels.

Pour permettre une meilleure compréhension de ce que nous vivons au quotidien voici quelques éléments chiffrés et concrets.

Les adolescents que nous accueillons présentent des troubles sévères et surtout chroniques : le 1er trouble clinique d’un bon nombre de ces patients est le « Trouble du Comportement » associé à un défaut de mentalisation majeur. Ces mécanismes ont pour conséquences de très nombreux passages à l’acte auto/hétéro-agressifs : cette clinique nous a imposés de renforcer notre présence en terme d’effectif et ce sur chaque plage horaire de prise en charge. Nous sommes passés en journée, sur le temps de travail, de 3 soignants minimum à 4 soignants minimum – le week-end nous avons été, également, contraints d’augmenter le nombre de personnel passant ainsi, sur chaque plage horaire, de 2 à 3 personnes systématiquement. Cet aménagement est nécessaire et inévitable au regard de la sécurité que nous devons assurer auprès de nos patients. Cette sécurité est la 1ère des conditions du Soin. Mais, ces mesures contraignantes ont été prises et appliquées à moyens constants.

Il ressort, des contacts avec les syndicats, qu’il nous manque l’équivalent de 4 postes : 2,2 postes pour les Aides-Soignants – 1,8 poste pour mes Educateurs.

Dans le même ordre d’idées, nous avons depuis de nombreuses années un rythme de travail d’1 WE sur 2. Or, les contacts, que nous avons eus avec les syndicats, nous ont appris que l’accord local signée dans le cadre des 35h, prévoit un rythme d’1 WE sur 3.

Dans la même logique, et ce depuis quelques mois, il est devenu inévitable de faire appel à de l’intérim pour assurer une présence suffisante auprès d’une population adolescente instable pour une grande part. Le recours à cet intérim n’est pas sans effets à la fois sur la sécurité des patients et de l’équipe ainsi que sur la qualité du soin dans son ensemble, si non retenons l’évidente réalité que ces personnels d’appoint ne connaissent que très peu les adolescents et les locaux.

Ce déficit chronique impacte, de la même manière, la qualité du soin proposé : en effet, les différents mouvements d’équipe rendent aléatoire la pérennisation des « Ateliers Thérapeutiques » en raison de l’absence, difficilement prévisible, des personnels responsables des dits ateliers thérapeutiques. Cet état de fait a une répercussion sur la qualité du soin proposé au sein de la Villa Ancely mais a, aussi, notablement impacté la collaboration avec L’Unité Boris Vian (Hôpital de Jour) – Unité avec laquelle nous avons instauré des « Ateliers Thérapeutiques » mutualisés, en terme de moyens matériels et humains.

Nous avons stigmatisé le manque d’effectif, nous sommes donc, à juste titre inquiets quand nous n’avons pas l’assurance de voir un poste remplacé ou l’être  avec un retard certain.

Les arrêts de travail fréquents, les accidents du travail argumentent la charge de travail et témoignent largement de ce déficit de moyens humains.

Les points cités ci-dessus pèsent lourdement sur le stress et l’épuisement grandissants des professionnels. Nous nous sentons, tous, de moins en moins en capacité d’assurer les missions qui sont les nôtres et d’assurer ce qui nous anime tous à savoir la sécurité des patients mais aussi celle des soignants. Nous sommes déterminés à résister pour améliorer les conditions de travail et de soins à la Villa Ancely.

Communiqué de presse d’Act Up Sud-ouest :5 février 2015

Planning Familial de la Haute Garonne :

L’égalité pour l’accès à l’IVG ne doit pas avorter !

Le 17 janvier 2015 correspondait à la date anniversaire, 40 ans, de la loi sur l’avortement, plus communément nommée « loi Veil ». Depuis 1974, le Planning Familial se mobilise pour défendre le droit à l’avortement pour toutes sans condition ni culpabilisation et lutte pour que l’IVG ne soit pas qu’un privilège mais un droit.

Aujourd’hui, la future loi de santé est en train d’être discuté au sein de l’Assemblée Nationale. Cette loi a pour objectif, entre autre, de renforcer la prévention,  la promotion de la santé, l’efficacité des politiques publiques et la démocratie sanitaire. Et d’innover pour garantir la pérennité de notre système de santé.

A Toulouse, la création d’un hôpital de santé publique sur le site de La Grave, avec la mise en place d’un Centre de Santé Sexuelle semble suivre cette ambition de développer une politique de santé accès sur la santé sexuelle et la vie affective pour tous et toutes.

Malheureusement, la réalité de la vie associative nous ramène à une situation où les belles ambitions des projets de loi sont loin des réalités pour leur mise en place. Ainsi le Planning Familial de la Haute Garonne se trouve dans une situation financière de crise qui oblige ces trois salariées à fermer ces portes pour une durée indéterminée. Fermeture qui risque d’être définitive à la fin du mois de février si les pouvoirs publics ne lui viennent pas en aide.

Pour rappel, l’équipe actuelle du Planning Familial doit faire face à un « héritage » pesant d’une condamnation aux prud’hommes laissé par l’équipe précédente et amplifié par une baisse de financement des subventions publiques. Au final, l’association a besoin de 51 000 euros, avant le mois de mars, pour continuer son activité auprès de la population. Le Planning  Familial est une association d’éducation populaire qui :

–          Se mobilise pour le droit à une éducation sexuelle, pour l’accès aux soins, à l’information, à l’écoute en matière de sexualités, pour tous et toutes,

–          Combat les inégalités sociales, et toutes les formes d’oppression,

–          Lutte pour que soit reconnu le droit fondamental de disposer librement de son corps,

–          Se bat contre l’oppression spécifique des femmes et toutes formes de discrimination et de violence notamment sexuelles.

L’ensemble des pouvoirs publics, local, départemental, régional et national doit  permettre à la nouvelle équipe du Planning Familial 31 de surpasser cette crise financière et profiter de cette situation pour mettre à la disposition de l’équipe des locaux mieux adapté à leurs activités permettant un meilleur accueil des usager-e-s  et les moyens humains afin de pouvoir répondre à l’ensemble des demandes d’une ville comme Toulouse.

Parce que le travail du Planning Familial, de part son histoire, est reconnu et s’inscrit pleinement dans les politiques de santé  actuelle et à venir, Act Up Sud-ouest exige que l’ensemble des pouvoirs publics apporte leur soutien à l’antenne toulousaine et permette à la nouvelle équipe de continuer son activité de façon pérenne. Si le Planning Familial 31 ferme, ils en auront une grande part de responsabilité.

Contact presse : Guy MOLINIER : 06 18 41 20 99