Marchant : « Et l’on se mit à lutter pour des cuillères »


Source : Station capitole

Grève à Marchant : exemplaire de la grogne montante à l'Hôpital public


Samedi 6 novembre, les grévistes de l’hôpital Marchant ont quitté leur campement de la route d’Espagne pour s’installer place du Capitole. Proposant une prise de tension contre une petite cuillère, symbole d’une misère hospitalière, l’opération aura fait monter celle de la direction de l’Agence Régionale de la Santé au point de proposer une réunion avec les grévistes à Marchant mercredi 24 novembre prochain. Un rassemblement de soutien aura lieu à partir de huit heures devant l’établissement.

Plus d’un mois de grève, un mois de campement sous la tente devant l’hôpital, les salarié-e-s continuent de lutter pour des conditions de soins des patient-e-s dignes. La direction lâche des cacahouètes, petit à petit. Mais lâchera-t-elle des petites cuillères ? Le conflit, très observé partout en France, commence à faire tâche d’huile. Aujourd’hui, les salarié-e-s des Hôpitaux de Paris ont occupé le siège de leur Direction.

Les grévistes de Marchant place du Capitole le 6 novembre 2010 » Le service public psychiatrique manque de tout. Nous proposons aux Toulousain-e-s de leur prendre la tension contre une petite cuillère. Car nous manquons de petites cuillères à Marchant ! Nous manquons aussi de pyjamas et d’infirmier-e-s… Si vous en avez chez vous, n’hésitez pas à nous en amener ! « , au micro, Isabelle, gréviste de l’hôpital Marchant syndiquée à la CGT, rameute les passant-e-s de la place du Capitole.  » Et ne vous trompez pas ! La misère de l’hôpital public est la même promise à l’école, la justice… dans tous les services publics.  »

La grève a démarré le 18 octobre dernier à Marchant, cet hôpital psychiatrique du sud de Toulouse, séparé du site chimique par la route d’Espagne. Et depuis ce jour-là, la vie de l’établissement en grève s’est organisée autour du campement installé à l’entrée du site. Lieu de lutte et de convergence, où viennent régulièrement d’autres secteurs en lutte, d’autres pans du mouvement social enclenché depuis la fin de l’été.

 » Le Directeur Adjoint est venu nous voir hier avec un petit sourire en coin. Il nous a dit : « FO a signé ! » Mais nous, on s’en fout, on continue. Les syndicats, c’est nous.  » tonne Isabelle qui ajoute  » Franchement, ils croient que ça va nous arrêter ?  » Même son de cloche chez Claire, la représentante de Sud :  » L’hôpital fonctionne avec des dotations. Quand trop de petites cuillères sont tordues, ou disparaissent, il n’y en a plus. Pour les infirmier-e-s, c’est presque pareil.  »

La pénurie de personnel qui pèse tant sur les soignant-e-s, tient donc à une nuance dont les gestionnaires ont le secret : les postes manquants ne sont pas « vacants », ils sont « non pourvus ». Donc on ne peut donc pas procéder à des recrutements. D’ailleurs quand on le peut, on ne trouve pas d’infirmier-e-s et on explique ainsi la transformation de postes d’infirmier-e-s en postes d’aide-soignant-e-s… Et pendant ce temps-là, les soins tiennent sur le système de ponction dans lequel des personnels viennent en renfort et font des heures supplémentaires.

Au cœur des revendications des salarié-e-s se trouve le fonctionnement du « long séjour ». Une unité qui est en fait un EPHAD pour des personnes âgées très fragilisées, financé sur la base d’une convention tripartite impliquant l’Hôpital public, le Conseil Général et les parents des patient-e-s. Raphaëlle, éducatrice dans le service de pédopsychiatrie et militante CGT explique la situation à « Riser », le service du long séjour : « La pénurie d’infirmier-e-s y est criante. On fonctionne avec trois ou quatre agent-e-s sur neuf depuis un bon moment. Et le problème d’effectif n’en est qu’un parmi d’autres. Il y a tout à revoir dans cette unité !  »

Pire, le long séjour est un peu l’arbre qui cache la forêt.  » Riser est l’épicentre des problèmes que la grève a mis en avant. Mais on vit une sorte de gangrène qui gagne tous les services  » explique Claire.  » Et tout tient à l’approche comptable et économique qu’on impose à l’Hôpital public. Il faut des évènements comme ceux de Pau en 2003 pour que des budgets soient débloqués. Mais ils ne sont jamais pérennes. Et la plupart du temps, il ne sont qu’à dimension sécuritaire. A Marchant on a remplacé les bips que chaque soignant-e porte et qui se déclenche dès qu’on est en position horizontale. Ça coûte 900 euros pièce. Il en faut 10 pour chacun des quinze services. L’achat plus l’installation du système correspond à trente postes infirmiers sur l’année…  »

La grève entamée à Marchant a aussi ce mérite. Inverser les logiques et replacer les questions de soins, de conditions dans lesquelles ils peuvent être réalisés, au cœur des orientations de la politique psychiatrique.  » Les choix ne peuvent plus être faits sur un mode sécuritaire. La population psychotique dangereuse est estimée à 1% dans le pays. Mais on l’utilise pour orienter les maigres budgets. Pendant ce temps-là, le territoire des unités psychiatriques est passé de 80.000 habitant-e-s à 250.000. Alors on se démerde toujours pour foutre quelqu’un dehors et libérer un des 350 lits de l’hôpital, occupés en permanence.  »

Le conflit dure mais la grève commencent à payer, et un premier protocole a inscrit le paiement des heures supplémentaires de l’ensemble personnels, et non plus seulement pour les infirmier-e-s, ainsi que l’engagement de la Direction d’élaborer un autre mode de fonctionnement que celui de la ponction. Un audit externe est attendu pour début 2011, et pour la première fois, le CHSCT y sera associé.

Les grévistes de Marchant place du Capitole le 6 novembre 2010Un début pour les grévistes, mais certainement pas la réponse attendue. Même FO ne s’en était pas satisfait lors de la communication du protocole d’accord. Les choses ont changé depuis semble-t-il, mais pas pour la majorité des grévistes.  » Personne n’est satisfait du protocole d’accord proposé par la Direction. D’abord une partie des engagements en matière d’organisation du travail n’a pas été tenu depuis  » détaille Claire.  » Quant au paiement des heures supplémentaires, il a été réglé a minima. La Direction a proposé de payer 14 heures et seulement sur trois mois, correspondant à l’été, la période où il y en a le moins.  »

La Direction de l’ARS est attendue de pieds fermes par les grévistes mercredi 24 novembre prochain. Étant donné l’intensité du conflit à Marchant et les soubresauts qui commencent à agiter le monde de l’Hôpital public, bien au-delà de la psychiatrie et bien au-delà de la réalité toulousaine, ce qui sera dit mercredi matin pèsera beaucoup dans les semaines à venir.

delicious | digg | reddit | facebook | technorati | stumbleupon | savetheurl

Commentaires

  1. CGT Hopital de Jury lès Metz

    Camarades,

    La CGT et l’ensemble des personnels du centre hospitalier de Jury lès Metz vous soutiennent dans votre action. Ne lâchez rien beaucoup de monde vous regarde ,malheureusement vous n’êtes pas un cas d’exception . Tous les établissements hospitaliers publics sont victimes de la politique de rigueur du gouvernement et de la casse programmée de la santé publique.Nous sommes également un hôpital psy et nous n’avons plus les moyens de soigner correctement nos patients.

    Nous sommes solidaires de votre mouvement et nous vous apportons tout notre soutien.

    Fraternité et bon courage

    Pour le syndicat CGT

    Jean-Pierre Berton

Répondre à malendes Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *